Articulations

Sur
http://lilypond.org/doc/v2.10/Documentation/user/lilypond/Articulations#Articulations
il est fait mention de pas mal d'articulations possibles mais dont je ne
trouve l'explication nulle part, à part les mordants et grupetto, or j'ai
bien envie de savoir si les notations existantes suffiraient à mes besoins de
notation, sinon j'invente d'autres symboles... Mais avant de réinventer l'eau
chaude, je préfère essayer de tourner le robinet :-))

Depuis le début que j'utilise lilypond je cherche en vain sur le web des
explications sur ces mystérieux signes... Même à la librairie musicale du
coin ils ne savent pas me proposer un bouquin qui dise ça... Vous êtes plus
fort qu'eux ? :-))

···

--
Cordialement, Daniel Cartron
« La jeune fille bien élevée est le seul animal qui rougit en voyant une
banane. »
François Cavanna - Le saviez-vous ?

Tiens, bonne idée ça, un lexique des ornements.

Voici un premier jet, je laisse aux éminents lilypondeurs le soin de
le compléter.

Bon,

accent ==> notes accentuées, ça se passe de commentaire

marcato ==> idem, moins fort que l'accent, avec une notion de détaché

staccatissimo ==> très piqué ; Haydn l'utilise en lieu et place du staccato

espressivo ==> "expressif", en l'occurrence c'est ce que je nomme un
"soufflet" (crescendo-decrescendo sur une note tenue) j'imagine que ça
peut servir pour certains instruments à vent

staccato ==> piqué

tenuto ==> indique aux instruments à vent et aux chanteurs que la note
doit être soutenue sur toute sa durée sans faiblir (j'en mets partout
:wink:

portato ==> particulièrement utile pour les cordes : indique des notes
détachées mais timbrées (à la différence du staccato)

upbow ==> pour les cordes : "pousser l'archet" (utile pour certains crescendos)

downbow ==> pour les cordes : "tirer l'archet" (mode de jeu par
défaut, qui produit le son le plus plein)

flageolet ==> je l'utilise personnellement pour indiquer les
harmoniques naturelles aux cordes, mais j'imagine qu'il est
originellement destiné à certains instruments à vents (le cor, par
exemple ?)

thumb ==> la contrebasse et le violoncelle sont les seuls instruments
à corde où l'on peut utiliser le pouce de la main gauche (sauf si l'on
est un très mauvais guitariste :wink:

lheel ==> pour le pédalier de l'orgue : jouer avec le talon du pied droit

rheel ==> idem : talon du pied gauche (ces indications ont tendance à
tomber en désuétude, les organistes préférant jouer tout de la pointe
du pied)

ltoe ==> pédalier toujours : jouer avec la pointe du pied gauche

rtoe ==> idem, pointe du pied droit

open ==> pour certains cuivres tels que le cor, laisser le pavillon
entièrement ouvert (son plus franc, plus brillant)

stopped ==> pour le cor également, sons bouchés (piano, c'est un son
velouté, forte ça fait des "coins" fort appréciables sur les notes
brèves)

turn ==> grupetto par le haut (do re do si do)

reverseturn ==> grupetto par le bas (do si do ré do)

trill ==> trille (je rappelle que tout trille qui se respecte s'amorce
par la note du _haut_ : ré dorédorédorédorédosido)

prall ==> alors là, on tombe dans les ornements baroques. lui, je
l'appelle le mordant et je le joue comme une broderie supérieure
(parfois amorcée par la note du haut, c'est selon)

mordent ==> lui, je l'appelle le mordant barré, broderie inférieure,
amorcée par la note réelle.

prallprall ==> on peut le nommer mordantmordant si on veut ; je dis
juste "le truc, là" et je le joue comme un mini-trille :slight_smile:

prallmordent ==> analogue au grupetto par le haut, mais un siècle plus
tôt (le grupetto est marqué XVIIIème)

upprall ==> un mordant attaqué par le haut (on part une ou deux notes
au-dessus, ça dépend des sources)

downprall ==> idem, attaqué par le bas

upmordent ==> idem, attaqué par le haut et brodant à la note supérieure

downmordent ==> bon, on a compris

pralldown ==> tout ça je le laisse aux baroqueux (et au passage, si
vous trouvez ne serait-ce que deux sources concordantes, prévenez-moi
:wink:

prallup ==> cf plus haut

lineprall ==> cf plus haut

signumcongruentiae ==> le plus beau, sans conteste. C'est quoi,
renaissance ? Ya vraiment des gens qui s'en servent ?

shortfermata ==> Point d'orgue court

fermata ==> Point d'orgue (célèbre lieu de rendez-vous pour les
musiciens contemporains)

longfermata ==> Point d'orgue long (aussi célèbre sous le nom de "point d'arrêt"

verylongfermata ==> Point d'orgue super long, réservé aux sopranos de
plus de 200 kg. Personnellement, j'en ai jamais vu (ni du premier ni
des secondes)

segno ==> Signe où l'on reprend si la reprise indique "al segno"

coda ==> indique un passage musical parfaitement surnuméraire, servant
de conclusion à la pièce. En général, on y est renvoyé par
l'indication "al coda".

varcoda ==> coda alternative réservée au répertoire italien le plus bavard :slight_smile:

Cordialement,
Valentin

···

Le 16/10/07, Daniel Cartron<****@****> a écrit :

Depuis le début que j'utilise lilypond je cherche en vain sur le web des
explications sur ces mystérieux signes... Même à la librairie musicale du
coin ils ne savent pas me proposer un bouquin qui dise ça... Vous êtes plus
fort qu'eux ? :-))

Superbes explications, tu devrais écrire ça dans wikipédia, ça manque...

En tout cas j'y trouve mon bonheur, encore qu'à moitié. Je pense que je vais
devoir expliquer un peu longuement ce que je cherche à faire... Je joue des
instruments de musique dits "traditionnels", à savoir de la cornemuse
bourbonnaise et de l'accordéon diatonique. Pour le second je cherche à
pouvoir écrire les tablatures ainsi que déjà expliqué ici. Pour le premier on
a tout un tas d'ornementations spécifiques, pour lesquelles j'aimerais bien
trouver une notation simple et rapide. Et ça n'existe pas, personne
apparemment n'a pris la peine de faire un travail là-dessus, à part un
musicien reconnu qui a créé (détourné ?) deux symboles pour deux
ornementations les plus répandues :
  - le vibré : on fait vibrer plus ou moins rapidement un doigt au-dessus du
trou de façon à faire vibrer la note, mais le doigt ne bouche jamais le trou,
pour ne pas faire un trille ou autre ornementation. C'est très spécifique. Il
l'a noté avec le prallprall et je trouve ça fort judicieux, d'un point de vue
graphique ça parle vraiment ;
  - le picotage : comme c'est une cornemuse à doigté "semi-fermé" (on doit
rabaisser les doigts de la main droite avant de pouvoir lever ceux de la main
gauche, pour résumer) on peut très facilement revenir à la tonique (le sol)
en bougeant un seul doigt (ou 2), et donc faire un intervalle assez
conséquent très économiquement. Et ça a un intérêt sur le jeu, puisque l'on
joue beaucoup d'airs à danser, ça donne une rythmique très forte. Il a
détourné pour ça le signe + (qui signifie normalement stop si j'ai bien
compris) mais il le note en bas et entre les deux notes où le picotage prend
place. J'ai créé la définition suivante pour l'écrire :
picot = \markup{ \hspace #0.6 \bold + }
on remplace c8 d8 par c16 g,16 d16 g,16 le sol pouvant même être rallongé de
façon à créer un déséquilibre rythmique qui "appelle" le pied du danseur...

Tout ça est très pratique mais on a aussi d'autres techniques de jeu fort
courantes pour lesquelles je ne trouve pas de notations. Je pourrais utiliser
les appoggiatures, mais à la différence de la cornemuse écossaise, les
ornementations ne sont pas figées et on peut parfaitement en changer en
permanence en cours d'interprétation, c'est d'ailleurs tout l'intérêt de
l'instrument et du style, fort élégamment dénommé jeu à micro-variations. Et
puis les appoggiatures ont l'inconvénient de "polluer" la lecture de la
partition, j'aime bien que ça reste pur et clair. Et on peut avoir plusieurs
ornementations possibles sur une même note, on joue celle qu'on veut au
moment où on veut. C'est plus un aide-mémoire qu'une indication de jeu
obligatoire... Et c'est un truc super important qui justifie toute ma
démarche...

Donc parmi les autres ornementations il y en a pas mal qui sont déjà possibles
dans la notation existante, à savoir les trilles (encore que vu le doigté, on
peut parfaitement faire un trille à la 3ce ou la 4te ce que je pense noter
avec un petit 3 ou 4 à côté ou au dessus du tr), le grupetto, les mordants,
etc... Mais il reste aussi :

  - le roll, qui est un truc emprunté à la cornemuse écossaise (et irlandaise)
mais que je ne veux pas noter en grace notes. Au lieu de sol par exemple on
joue la-sol-fa-sol, les la et fa étant très brefs... Je note ça avec un tilde
sous la note. Parfois on crée un roll sur la tonique entre deux phrases dans
un "vide" pour détacher les deux phrases et là je le note décalé vers la
droite :
roll = \markup{ \bold ~ }
rollb = \markup{ \hspace #0.8 \bold ~ }
  - on a aussi un truc très courant qui consiste à remplacer un sol4 par un
triolet sol8 la8 sol8. Je ne sais pas si une notation existe déjà, mais je
trouve que le rheel va bien (puisque ça peut aussi être sol fa sol, et là je
note avec lheel). Et puisqu'il ne sert pas ou peu... On peut aussi avoir do
sol do et je note avec un 3 au dessus ou dessous du signe... ou un 5 si c'est
une quinte...
  - l'attaque par dessus ou dessous, à savoir faire fa-mi pour mi, le fa étant
très bref. Ce n'est pas vraiment un mordant, et comme on en a aussi je veux
différencier. J'ai piqué un symbole dans la police feta et je me crée des
définitions avec \musicglyph (ou \char pour les quelques rares caractères
courants utilisables, comme le tilde)
ath = \markup{ \hspace #-2 { \bold { \musicglyph #"custodes.hufnagel.d0" } } }
  - la cloche, qui consiste à remplacer e16 b,8. par e16 b,32 e32 b,16 ou c8.
par c32 b,32 c16 et là j'ai pas trouvé de symbole parlant...
  - les coups de marteau, c'est un peu le contraire du picotage, on revient
aussi sur le sol mais au lieu de prendre largement la durée du sol sur la
note précédente on la prend de façon moins large sur la précédente, et là je
n'ai pas encore trouvé de notation intéressante.
  - les roulades, on rajoute avant une note (de début de phrase généralement)
de 2 à 4 notes brèves. Exemple avant d8 on fait a32 b c pris sur la durée du
d8.

Voilà, si ça amuse certains d'entre vous de m'aider à me faire ces petites
personnalisations, j'en serais ravi...

Bonne soirée à tous.

···

Le mardi 16 octobre 2007, Valentin Villenave a écrit :

Tiens, bonne idée ça, un lexique des ornements.

--
Cordialement, Daniel Cartron
« J'aime bien la mini-jupe. Je n'y vois que des avantages. »
Francis Blanche

Bonjour,

Valentin Villenave a écrit :

Voici un premier jet, je laisse aux éminents lilypondeurs le soin de
le compléter.

   [...]

rheel ==> idem : talon du pied gauche (ces indications ont tendance à
tomber en désuétude, les organistes préférant jouer tout de la pointe
du pied)

   Hein ! vous voulez que Dupré se retourne dans sa tombe. Essayez un peu de jouer le répertoire romantique et symphonique qu'avec les pointes tout en ayant le phrasé qui va bien avec l'époque ! Bon courage :wink:

pralldown ==> tout ça je le laisse aux baroqueux (et au passage, si
vous trouvez ne serait-ce que deux sources concordantes, prévenez-moi
:wink:

   C'est très simple : chaque traité à sa notation. Toute généralisation de l'ornementation baroque est vouée à un échec car il y aura toujours un contre exemple. Maintenant, et par chance, il y a des traités concordants, ça sert juste à limiter le nombre de réalisations d'une notation.

--Jean-Yves

rheel ==> idem : talon du pied gauche (ces indications ont tendance à
tomber en désuétude, les organistes préférant jouer tout de la pointe
du pied)

  Hein ! vous voulez que Dupré se retourne dans sa tombe. Essayez un peu de jouer le répertoire romantique et symphonique qu'avec les pointes tout en ayant le phrasé qui va bien avec l'époque ! Bon courage :wink:

Ça ne me dérange pas qu'il se retourne dans sa tombe, je n'ai jamais pu utiliser ses doigtés, question de morphologie. Effectivement, on utilise toujours les talons pour le répertoire qui va avec, même si je trouve que je suis plus précis avec les pointes.
En fait la notation est tombée en désuétude, je n'ai pas vu depuis longtemps une partition avec des "doigtés" de pédale.

pralldown ==> tout ça je le laisse aux baroqueux (et au passage, si
vous trouvez ne serait-ce que deux sources concordantes, prévenez-moi
:wink:

  C'est très simple : chaque traité à sa notation. Toute généralisation de l'ornementation baroque est vouée à un échec car il y aura toujours un contre exemple. Maintenant, et par chance, il y a des traités concordants, ça sert juste à limiter le nombre de réalisations d'une notation.

Pour les clavecinistes et organistes, je recommande le traité des signes et agréments de Paul Brunold (Edition Delrieu) qui reprends auteur par auteur l'ensemble des notations connues au XVII° et XVIII° siècles (la plupart du temps dans les préfaces des œuvres). Quand un auteur n'est pas dedans et que l'on a un doute, on prend l'auteur qui se rapproche le plus pour la réalisation de l'ornement.

@bientôt,
Pascal

···

Le 16 oct. 07 à 18:21, Jean-Yves Baudais a écrit :

Valentin Villenave a écrit :

lheel ==> pour le pédalier de l'orgue : jouer avec le talon du pied droit

rheel ==> idem : talon du pied gauche (ces indications ont tendance à
tomber en désuétude, les organistes préférant jouer tout de la pointe
du pied)
  

Il n'y a pas erreur de pied?

Bonjour,

Pascal Legris a écrit :

En fait la notation est tombée en désuétude, je n'ai pas vu depuis longtemps une partition avec des "doigtés" de pédale.

   Oui, si on parle de partition avec des doigtés (main comme pédale), à part les Dupré il ne doit pas y en avoir beaucoup. Maintenant cette notation est utilisée dans l'enseignement "classique" de l'instrument (sachant qu'il y ni a rarement qu'un seul doigté possible).

Pour les clavecinistes et organistes, je recommande le traité des signes et agréments de Paul Brunold (Edition Delrieu) qui reprends auteur par auteur l'ensemble des notations connues au XVII° et XVIII° siècles (la plupart du temps dans les préfaces des œuvres). Quand un auteur n'est pas dedans et que l'on a un doute, on prend l'auteur qui se rapproche le plus pour la réalisation de l'ornement.

   C'est quoi le critère pour dire "qui se rapproche le plus", encore faut-il savoir si le supposé auteur qui se rapproche le plus à pris le même traité que l'auteur d'origine, sans quoi ça risque de diverger. Non ? En tous les cas merci pour la référence.

--Jean-Yves

  Oui, si on parle de partition avec des doigtés (main comme pédale), à part les Dupré il ne doit pas y en avoir beaucoup. Maintenant cette notation est utilisée dans l'enseignement "classique" de l'instrument (sachant qu'il y ni a rarement qu'un seul doigté possible).

J'ai quelques partitions avec quelques doigtés placés discrètement sur les plus grosse difficultés, mais la plupart du temps, il n'y a pas de doigtés. Pour le pédalier, il y a rarement plus d'une solution confortable, mais je me souviens en avoir vu avec d'autres signes que ceux employés par Dupré.

  C'est quoi le critère pour dire "qui se rapproche le plus", encore faut-il savoir si le supposé auteur qui se rapproche le plus à pris le même traité que l'auteur d'origine, sans quoi ça risque de diverger. Non ? En tous les cas merci pour la référence.

Si un auteur n'a pas précisé son ornementation, c'est qu'il n'y a pas d'ambiguïté pour ses contemporains. On cherche donc les compositeurs de la même période et utilisant le même ensemble de signes. Après, s'il reste un doute, cela devient une affaire de (bon) goût.

@ bientôt,
Pascal

···

Le 17 oct. 07 à 12:23, Jean-Yves Baudais a écrit :

Tu peu expliquer un peu ce que c'est je ne pige pas...

···

Le mardi 16 octobre 2007, Valentin Villenave a écrit :

flageolet ==> je l'utilise personnellement pour indiquer les
harmoniques naturelles aux cordes, mais j'imagine qu'il est
originellement destiné à certains instruments à vents (le cor, par
exemple ?)

--
Cordialement, Daniel Cartron
« Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué... »
Jacques Rouxel - Les shadoks

Justement, cette longue phrase signifiait que moi non plus :wink:

Pour les harmoniques naturelles, je voulais parler des harmoniques
d'octave, qui sont les seules où la note écrite correspond à la note
réelle. Dans ce cas, pas mal de compositeurs préfèrent éviter de
mettre une tête de note losangée, mais indiquent la note réelle avec
un petit rond au-dessus (d'où l'utilité de ce symbole).

Si quelqu'un a une meilleure piste, je suis preneur.

Valentin

···

Le 18/10/07, Daniel Cartron<****@****> a écrit :

Le mardi 16 octobre 2007, Valentin Villenave a écrit:
> flageolet ==> je l'utilise personnellement pour indiquer les
> harmoniques naturelles aux cordes, mais j'imagine qu'il est
> originellement destiné à certains instruments à vents (le cor, par
> exemple ?)

Tu peu expliquer un peu ce que c'est je ne pige pas...

discussions-sur-forums a écrit :

Valentin Villenave a écrit :

lheel ==> pour le pédalier de l'orgue : jouer avec le talon du pied droit

rheel ==> idem : talon du pied gauche (ces indications ont tendance à
tomber en désuétude, les organistes préférant jouer tout de la pointe
du pied)
  

Il n'y a pas erreur de pied?

Je posais la question, parce les anglos-saxons ont tellement l'habitude d'inverser tellement de choses...

Valentin Villenave a écrit :

upbow ==> pour les cordes : "pousser l'archet" (utile pour certains crescendos)

downbow ==> pour les cordes : "tirer l'archet" (mode de jeu par
défaut, qui produit le son le plus plein)

flageolet ==> je l'utilise personnellement pour indiquer les
harmoniques naturelles aux cordes, mais j'imagine qu'il est
originellement destiné à certains instruments à vents (le cor, par
exemple ?)

thumb ==> la contrebasse et le violoncelle sont les seuls instruments
à corde où l'on peut utiliser le pouce de la main gauche (sauf si l'on
est un très mauvais guitariste :wink:

lheel ==> pour le pédalier de l'orgue : jouer avec le talon du pied droit

rheel ==> idem : talon du pied gauche (ces indications ont tendance à
tomber en désuétude, les organistes préférant jouer tout de la pointe
du pied)

ltoe ==> pédalier toujours : jouer avec la pointe du pied gauche
  

Les symboles pour upbow et ltoe sont presque les mêmes.
J'imagine un violonniste qui se trompe en plein concert: il se met à pousser son archet avec la pointe du pied gauche... lol

Salut à tous,

J'ai encore qq questions à vous poser à propos de solfège...

Si je joue à la place d'un sol croche écrit sur la partition un triolet de
doubles croches sol la sol est-ce un trille ou autre chose, et quoi ?

Je voudrais pouvoir indiquer sur la partition qu'à partir d'une note donnée on
peut remplacer le reste de la mesure (voire de la suivante aussi) par cette
note tenue le tps qu'il faut. On doit faire comment ?

Et pour finir (pour cette fois-ci :slight_smile: j'ai vraiment de la peine à me
rertouver dans toutes ces nuances de prall et mordant... J'ai juste besoin de
pouvoir indiquer qu'un sol par exemple est joué sol la sol ou sol fa sol, les
deux premières notes très brèves bien entendu... JE dois prendre lequel ? Et
surtout on fait comment pour écrire ça à la main, ils se ressemblent tous...

Merci d'avance pour vos connaissances. Et si qqun a un lien vers un site qui
explique tout ça et le reste ce sera encore mieux, pour l'instant je ne
trouve rien de vraiment clair ni concordant...

···

--
Cordialement, Daniel Cartron
« Quand on est aimé, on ne doute de rien. Quand on aime, on doute de tout. »
Colette

Tu as toutes tes réponses ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mordant_(ornement_mélodique)

Merci pour ta question, ça m'a permis d'éclairer ma lanterne !

A+

JMArc

             Daniel Cartron
             <****@****>
             Envoyé par : A
             lilypond-user-fr-bounces+je lilypond-user-fr@gnu.org
             an-marc.legrand=total.com@g cc
             nu.org
                                                                                              Objet
                                                 Re: Articulations
             23/10/2007 11:18
                                                                                                    
Salut à tous,

J'ai encore qq questions à vous poser à propos de solfège...

Si je joue à la place d'un sol croche écrit sur la partition un triolet de
doubles croches sol la sol est-ce un trille ou autre chose, et quoi ?

Je voudrais pouvoir indiquer sur la partition qu'à partir d'une note donnée on
peut remplacer le reste de la mesure (voire de la suivante aussi) par cette
note tenue le tps qu'il faut. On doit faire comment ?

Et pour finir (pour cette fois-ci :slight_smile: j'ai vraiment de la peine à me
rertouver dans toutes ces nuances de prall et mordant... J'ai juste besoin de
pouvoir indiquer qu'un sol par exemple est joué sol la sol ou sol fa sol, les
deux premières notes très brèves bien entendu... JE dois prendre lequel ? Et
surtout on fait comment pour écrire ça à la main, ils se ressemblent tous...

Merci d'avance pour vos connaissances. Et si qqun a un lien vers un site qui
explique tout ça et le reste ce sera encore mieux, pour l'instant je ne
trouve rien de vraiment clair ni concordant...

···

--
Cordialement, Daniel Cartron
« Quand on est aimé, on ne doute de rien. Quand on aime, on doute de tout. »
Colette

_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
lilypond-user-fr@gnu.org
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr

Bonjour,

Je ne suis pas un expert en ce qui concerne lilypond, mais je vais quand même tenter une réponse...

Salut à tous,

J'ai encore qq questions à vous poser à propos de solfège... 

Si je joue à la place d'un sol croche écrit sur la partition un triolet de 
doubles croches sol la sol est-ce un trille ou autre chose, et quoi ?

Ben non, un triolet de doubles croches c'est un triolet de doubles croches, un trille c'est un trille (petite lapalissade).
Plus franchement je dirait qu'un trille n'est pas "mesuré" : on alterne le plus rapidement possible.

Je voudrais pouvoir indiquer sur la partition qu'à partir d'une note donnée on 
peut remplacer le reste de la mesure (voire de la suivante aussi) par cette 
note tenue le tps qu'il faut. On doit faire comment ?

Je ne comprends pas trop l'histoire de "note tenue le tps qu'il faut*".*
Au début je pensais que tu parlais des répétitions de type "percent" (http://lilypond.org/doc/v2.11/Documentation/user/lilypond/Measure-repeats#Measure-repeats),,) c'est ça?

Et pour finir (pour cette fois-ci :-) j'ai vraiment  de la peine à me 
rertouver dans toutes ces nuances de prall et mordant... J'ai juste besoin de 
pouvoir indiquer qu'un sol par exemple est joué sol la sol ou sol fa sol, les 
deux premières notes très brèves bien entendu... JE dois prendre lequel ? Et 
surtout on fait comment pour écrire ça à la main, ils se ressemblent tous...

Pour les notes "deux premières notes très brèves", ce n'est ni prall ni mordant mais un ornement (http://lilypond.org/doc/v2.11/Documentation/user/lilypond/Grace-notes#Grace-notes)..)
Pour sol la sol par exemple, ce serait

\acciaccatura { g16[ a] } g4

Les crochets sont nécessaires pour ligaturer les deux "petites notes".

Merci d'avance pour vos connaissances. Et si qqun a un lien vers un site qui 
explique tout ça et le reste ce sera encore mieux, pour l'instant je ne 
trouve rien de vraiment clair ni concordant...

Pour les explications je trouve que le site de documentation (http://lilypond.org/doc/v2.11/Documentation/user/lilypond/index.fr.html) est très bien fait, j'y ai trouvé des réponses à la plupart de mes interrogations.

Bien à vous,

Xavier


···

Le mardi 23 octobre 2007 à 11:18 +0200, Daniel Cartron a écrit :
Le mardi 23 octobre 2007 à 11:18 +0200, Daniel Cartron a écrit :
Le mardi 23 octobre 2007 à 11:18 +0200, Daniel Cartron a écrit :
Le mardi 23 octobre 2007 à 11:18 +0200, Daniel Cartron a écrit :
Le mardi 23 octobre 2007 à 11:18 +0200, Daniel Cartron a écrit :

Salut à tous,

J'ai encore qq questions à vous poser à propos de solfège... 

Si je joue à la place d'un sol croche écrit sur la partition un triolet de 
doubles croches sol la sol est-ce un trille ou autre chose, et quoi ?

Je voudrais pouvoir indiquer sur la partition qu'à partir d'une note donnée on 
peut remplacer le reste de la mesure (voire de la suivante aussi) par cette 
note tenue le tps qu'il faut. On doit faire comment ?

Et pour finir (pour cette fois-ci :-) j'ai vraiment  de la peine à me 
rertouver dans toutes ces nuances de prall et mordant... J'ai juste besoin de 
pouvoir indiquer qu'un sol par exemple est joué sol la sol ou sol fa sol, les 
deux premières notes très brèves bien entendu... JE dois prendre lequel ? Et 
surtout on fait comment pour écrire ça à la main, ils se ressemblent tous...

Merci d'avance pour vos connaissances. Et si qqun a un lien vers un site qui 
explique tout ça et le reste ce sera encore mieux, pour l'instant je ne 
trouve rien de vraiment clair ni concordant...

Ben justement non ça ne m'éclaire pas tant que ça... Parce que ça ne
correspond pas toujours à ce que je peux lire ailleurs, depuis 2 semaines que
je fouille le web j'ai vu plein de trucs discordants... Mais si vous me dites
que c'est bon comme notation j'adopte. Entre autres discordances le
mordent "par le haut" est appelé prall dans lilypond...

···

Le mardi 23 octobre 2007, Jean-marc LEGRAND a écrit :

Tu as toutes tes réponses ici :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mordant_(ornement_mélodique)

--
Cordialement, Daniel Cartron
« L'idéal serait d'être d'une bonne santé contagieuse. »
Robert Sabatier - Le livre de la déraison souriante

Ben on fait ce quon peut, des fois ! ;o)

Bon, le mieux, ce serait de prendre une préface d'édition reconnue, genre édition Peters pour le
clavier bien tempéré de Bach. Ya tout écrit en clair, et c'est quand même une édtion de référence.
Si tu veux, je peux te l'envoyer en scan ? Je pense que pour les signes, lily dispose de tout ce
qu'il te faut, mais ce n'est pas à Lily de te dire ce qu'il faut utiliser (d'ailleurs, c'est un
choix très personnel, et les signes de trille, etc. ne sont pas du tout à généraliser à toutes les
partoches.). Je vais aussi faire un tour dans mes bouquins...

J'insiste sur le fait que la notation des expressions nécessite toujours, à mon sens, un minimum
d'explication (en préface, ou note en bas de page). Essentiellement parce que les significations ne
sont pas universelles, ET qu'elles dépendent du contexte historique.

A bientôt

Jmarc

             Daniel Cartron
             <****@****>
             Envoyé par : A
             lilypond-user-fr-bounces+je lilypond-user-fr@gnu.org
             an-marc.legrand=total.com@g cc
             nu.org
                                                                                              Objet
                                                 Re: Articulations
             23/10/2007 11:59

···

Le mardi 23 octobre 2007, Jean-marc LEGRAND a écrit :

Tu as toutes tes réponses ici :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mordant_(ornement_mélodique)

Ben justement non ça ne m'éclaire pas tant que ça... Parce que ça ne
correspond pas toujours à ce que je peux lire ailleurs, depuis 2 semaines que
je fouille le web j'ai vu plein de trucs discordants... Mais si vous me dites
que c'est bon comme notation j'adopte. Entre autres discordances le
mordent "par le haut" est appelé prall dans lilypond...

--
Cordialement, Daniel Cartron
« L'idéal serait d'être d'une bonne santé contagieuse. »
Robert Sabatier - Le livre de la déraison souriante

_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
lilypond-user-fr@gnu.org
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr

Je ne suis pas un expert en ce qui concerne lilypond, mais je vais quand
même tenter une réponse...

Merci, car en fait mes questions sont purement théoriques....

> Si je joue à la place d'un sol croche écrit sur la partition un triolet
> de doubles croches sol la sol est-ce un trille ou autre chose, et quoi ?

Ben non, un triolet de doubles croches c'est un triolet de doubles
croches, un trille c'est un trille (petite lapalissade).
Plus franchement je dirait qu'un trille n'est pas "mesuré" : on alterne
le plus rapidement possible.

Donc mon ornementation n'a pas de nom ? Faut que je me l'invente ? Parce que
c'est une ornementation très courante en cornemuse bourbonnaise... Et je ne
veux pas l'écrire "en dur" car elle n'est pas jouée systématiquement, c'est
question d'interprétation. Il faut dire qu'un morceau pour cornemuse fait en
général 2 phrases de 8 mesures environ, et qu'on répète ça le temps que dure
la danse, soit environ 3 mn. Donc il faut varier l'interprétation pour éviter
la monotonie.

> Je voudrais pouvoir indiquer sur la partition qu'à partir d'une note
> donnée on peut remplacer le reste de la mesure (voire de la suivante
> aussi) par cette note tenue le tps qu'il faut. On doit faire comment ?

Je ne comprends pas trop l'histoire de "note tenue le tps qu'il faut".
Au début je pensais que tu parlais des répétitions de type
"percent"
(http://lilypond.org/doc/v2.11/Documentation/user/lilypond/Measure-repeats#
Measure-repeats), c'est ça?

Non je vais prendre un exemple :

si8 la8 do8 re8 | sol4 si8 do8
pourrait être joué
si8 la8 do2.
ou bien
si8 la8 do4 | sol4 si8 do8
Mais pas tout le tps, seulement parfois pour changer un peu.

> Et pour finir (pour cette fois-ci :slight_smile: j'ai vraiment de la peine à me
> rertouver dans toutes ces nuances de prall et mordant... J'ai juste
> besoin de pouvoir indiquer qu'un sol par exemple est joué sol la sol ou
> sol fa sol, les deux premières notes très brèves bien entendu... JE dois
> prendre lequel ? Et surtout on fait comment pour écrire ça à la main, ils
> se ressemblent tous...

Pour les notes "deux premières notes très brèves", ce n'est ni prall ni
mordant mais un ornement

Ben pourtant ici :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mordant_(ornement_mélodique\)
c'est appelé mordent... Et je ne veux pas surcharger mes partitions de grace
notes, puisqu'on peut sur une mm note faire une fois un mordent, une autre
fois un triolet, ou encore un vibré (on fait vibrer le doigt au-dessus du
trou du dessous de la note jouée pour en altérer très légèrement la hauteur,
à un rythme égal au double du tempo du morceau).

Pour les explications je trouve que le site de documentation
(GNU LilyPond – Manuel de notation : GNU LilyPond — Manuel de notation)
est très bien fait, j'y ai trouvé des réponses à la plupart de mes
interrogations.

Ben moi j'y trouve pas la réponse à mes questions justement... Mais faut dire
que le solfège n'est pas particulièrement fait pour la musique
traditionnelle, apparemment.

Merci en tout cas.

···

Le mardi 23 octobre 2007, Xavier Scheuer a écrit :

Le mardi 23 octobre 2007 à 11:18 +0200, Daniel Cartron a écrit :

--
Cordialement, Daniel Cartron
« Juif, c'est pas une religion! Aucune religion ne fait pousser un nez comme
ça! »
Serge Gainsbourg

Non personne ne note ces ornementations là, ou bien j'ai trouvé deux bouquins
dont les auteurs ont commencé à en écrire mais très peu, et il y en a bien
plus... C'est donc ce qui m'a donné l'idée d'aller plus loin, mais avant de
réinventer l'eau chaude autant utiliser ce qui existe déjà. D'où mes
question, car pour mon triolet, j'avais détourné le rheel avant de voir qu'un
auteur utilise trill pour noter ça...

Pour un joueur confirmé cette notation est inutile, il a déjà son style et n'a
pas besoin qu'on lui dise comment jouer, mais un joueur moyen a besoin de
tout ça. Dans les stages que j'ai fait (6 en 18 mois quand même !) j'ai
toujours vu les stagiaires prendre des notes (faire un vibré sur telle note,
un picotage sur telle autre) alors que ce serait plus simple et plus rapide
d'avoir les symboles qui vont bien. D'autant plus que je constate, et je ne
suis pas le seul, qu'il y a de plus en plus de lecteurs dans les stages de
musique traditionnelle... Ma démarche est donc justifiée.

Dernier point, aucun joueur ne fera exactement la mm chose, j'ai des
interprétations du mm morceau par des joueurs différents, et les
ornementations sont différentes. L'intérêt de toutes les noter est de pouvoir
peu à peu se fabriquer son propre style.

···

Le mardi 23 octobre 2007, Jean-marc LEGRAND a écrit :

ya pas plein de partoches de cornemuse sur le net, avec des gens qui se
sont posé les mêmes questions que toi ?

--
Cordialement, Daniel Cartron
« Quand nous nous asseyons sur une brosse à cheveux, nous devenons de modestes
fakirs. »
Ramon Gomez de la Serna

Ben dans ton cas, la cornemuse, je pense qu'il est plus sage de se rapprocher de profs que de Bach
chez Peters ;o)
Moi, je suis dans la musique ancienne, le luth baroque, et quand tu vois les fac simile, il y a peu
de cohérence. Quand je prends des notes, je prends comme mon prof, en m'inspirant soit de la
notation française, soit de celle italienne. C'est très empirique. Ce qui signifie que si je mets
une partoche sur le net, il faudra de toutes les manières m'expliquer sur les signes employés...

Donc quand tu auras lilypondu (tiens, c'est marrant ce mot !) un recueil, tu chiades ien a préface,
et le tour est joué ! ;o)

Bon courage dans tes recherches...

A+

Jmarc

             Daniel Cartron
             <****@****>
             Envoyé par : A
             lilypond-user-fr-bounces+je lilypond-user-fr@gnu.org
             an-marc.legrand=total.com@g cc
             nu.org
                                                                                              Objet
                                                 Re: Articulations
             23/10/2007 12:32
                                                                                                    

ya pas plein de partoches de cornemuse sur le net, avec des gens qui se
sont posé les mêmes questions que toi ?

Non personne ne note ces ornementations là, ou bien j'ai trouvé deux bouquins
dont les auteurs ont commencé à en écrire mais très peu, et il y en a bien
plus... C'est donc ce qui m'a donné l'idée d'aller plus loin, mais avant de
réinventer l'eau chaude autant utiliser ce qui existe déjà. D'où mes
question, car pour mon triolet, j'avais détourné le rheel avant de voir qu'un
auteur utilise trill pour noter ça...

Pour un joueur confirmé cette notation est inutile, il a déjà son style et n'a
pas besoin qu'on lui dise comment jouer, mais un joueur moyen a besoin de
tout ça. Dans les stages que j'ai fait (6 en 18 mois quand même !) j'ai
toujours vu les stagiaires prendre des notes (faire un vibré sur telle note,
un picotage sur telle autre) alors que ce serait plus simple et plus rapide
d'avoir les symboles qui vont bien. D'autant plus que je constate, et je ne
suis pas le seul, qu'il y a de plus en plus de lecteurs dans les stages de
musique traditionnelle... Ma démarche est donc justifiée.

Dernier point, aucun joueur ne fera exactement la mm chose, j'ai des
interprétations du mm morceau par des joueurs différents, et les
ornementations sont différentes. L'intérêt de toutes les noter est de pouvoir
peu à peu se fabriquer son propre style.

···

Le mardi 23 octobre 2007, Jean-marc LEGRAND a écrit :

--
Cordialement, Daniel Cartron
« Quand nous nous asseyons sur une brosse à cheveux, nous devenons de modestes
fakirs. »
Ramon Gomez de la Serna

_______________________________________________
liste de diffusion lilypond-user-fr
lilypond-user-fr@gnu.org
http://lists.gnu.org/mailman/listinfo/lilypond-user-fr