nouveau

Bonjour,
je découvre Lilypond avec ravissement et fièvre...
Habitué à NoteWorthy Composer, j'en apprécie les améliorations.
Je suis sous Ubuntustudio qui est livré avec LilyPond 2.10.5

Je vais lire vos posts avec avidité afin de me perfectionner en plus de la doc anglaise.

jmr

Bonjour à toi jm,

Bienvenue parmi la communauté francophone de LilyPond. Tu découvriras
très vite (enfin je l'espère) les innombrables avantages de ce
logiciel très particulier. Pour ma part je découvre chaque jour une
raison de plus de le préférer à tous les logiciels graphiques et
propriétaires,dont j'étais pourtant inconditionnel jusqu'à il n'y a
pas si longtemps.

N'hésite pas à nous faire part de tes questions si besoin.

Cordialement,
Valentin

···

Le 06/08/07, jm reboul<****@****> a écrit :

Bonjour,

Les questions ne manquent pas en ce 2ème jour de prise en main!

Si tu veux les poser à toute la liste, n'oublie pas de cliquer sur
"répondre à tous" (je suis le seul à avoir eu ton dernier message).

Il m'a fallu fouiller dans les docs en ligne (super bien faites par
ailleurs)

hu hu :slight_smile:

et surtout beaucoup tâtonner pour intégrer l'ordre des commandes :
\transpose doit être placé avant \voiceone, puis après seulement viendra
\key.

La commande \transpose transpose tout ce qui la suit (mais pas ce qui
la précède). De ce fait, si tu indiques l'armure d'origine avant
\transpose, elle ne sera pas modifiée.

Quant au mot clé \voiceone (à ne pas confondre avec \voiceOne, qui est
une authentique commande LilyPond), il représente ici toute
l'expression musicale désignant la main droite : c'est ce qu'on
appelle un identifieur (ou variable), qui est défini dès le début du
fichier. Là encore, il faut bien l'indiquer après la commande
\transpose. LilyPond traite ses fichiers dans l'ordre où on lui
indique les choses.

En fait il y a une hiérarchie des commandes pas toujours évidente au début.

Le coup à prendre est surtout la structure des expressions musicales,
délimitées par { }, qui peuvent s'emboîter les unes dans les autres,
être attribuées à des identifieurs, être transposées etc... Le bloc
\score, à la fin du fichier, est généralement le lieu où elles se
retrouvent toutes et où la partition est, au sens propre, "composée".

Je n'ai pas encore essayé en vrai nwc2ly, mais j'ai vu un fichier démo
généré ainsi :
dans le Prélude de la suite I de Bach, toutes les doubles-croches sont
systématiquement codées avec le suffixe 16, alors qu'une seule fois
suffirait !

Ce n'est pas grave si ce n'est que ça; cependant pour de la musique
plus complexe il est à craindre que tu ne doives reprendre certains
fichiers à la main (je ne connais pas ce script de conversion en
particulier, mais la plupart sont assez sommaires). Pour ma part, j'ai
dû recréer toutes mes partitions de zéro (l'occasion de les
retravailler, d'ailleurs)...

Bon courage pour tes débuts !

Cordialement,
Valentin

···

Le 06/08/07, jm reboul<****@****> a écrit :