Grégorien et initiales

Bonjour à tout le monde!

J'aimerais savoir, de la part de ceux qui ont déjà utilisé LilyPond pour
leurs partitions de chant grégorien, comment ils ont résolu le problème de
la lettre initiale, c-à-d la lettrine -dont la fonte est toujours plus
grosse- qui débute chaque pièce… Je tente le coup avec instrumentName =
\markup mais c'est un peu la galère, surtout lorsqu'on veut que cette
lettrine soit parfaitement alignée sur la ligne du texte des paroles.

···

-----
Cordialement

Bernard
--
Sent from: http://lilypond-french-users.1298960.n2.nabble.com/

Je tente le coup avec instrumentName =
\markup mais c'est un peu la galère, surtout lorsqu'on veut que cette
lettrine soit parfaitement alignée sur la ligne du texte des paroles.

Le contexte Lyrics peut _aussi_ prendre un instrumentName :

%%%

\include "gregorian.ly"

\score {
  <<
    \new VaticanaVoice {
      \clef "vaticana-do3"
      a\melisma \[ a \flexa g \pes a\melismaEnd \] d
      \divisioMinima
      \[ a\melisma \flexa g\melismaEnd \]
      \[ f\melisma \flexa e f \pes g \flexa f\melismaEnd \]
      \[ e\melisma \flexa d\melismaEnd \]
      \divisioMaior
      c d \[d\melisma \flexa c\melismaEnd \] d
      \[ e\melisma \pes f\melismaEnd\] g
      \[d\melisma \pes e \flexa c\melismaEnd \] d
      \finalis
    }
    \addlyrics {
      \set instrumentName = \markup \fontsize #10 S
      al- ve, Re- gí- na, ma- ter mi- se- ri- cór- di- ae:
    }
  >>
}

\layout {
  \context {
    \VaticanaStaff
    \consists "Custos_engraver"
    \override Clef.X-extent = #'(0 . -.1)
  }
  \context {
    \Lyrics
    \override InstrumentName.X-extent = #'(0 . 3)
  }
}

%%%

V.

···

On 5/8/20, Bernard Meylan <****@****> wrote:

Bonjour

j'ai une autre proposition, plus simple que d'utiliser instrumentName :

%%%%%%
    \addlyrics {
      \markup \concat {{\fontsize #5 S} al-} ve, Re- gí- na, ma- ter mi- se-
ri- cór- di- ae:
    }
%%%%%%

···

--
Sent from: http://lilypond-french-users.1298960.n2.nabble.com/

Bonjour,

Pour le grégorien... je fais un infidélité à LilyPond... Dieu me pardonne (!!!)

Voici ce que j'utilise :

Et avec comme rendu un truc comme ça (piece jointe), parce que j'aime bien les belles partitions pour mes choristes et que j'en ai ras le si bémol des photocopies de photocopies !

Pour cette partoche :

  • mon ami google pour l'image ;
  • the gimp pour son allure et sa transformation
  • imagemagick avec un convert .jpg to epsi
  • lily pour les pages 1, 3 et 4
  • gregorio pour la page 2 avec un convert vers du epsi pour l'inclusion dans le code source.

Belle journée,

Bernard

http://choeur.liturgique.free.fr

Veni Creator - Perruchot - S-A-T-B - V2.3.pdf (562 KB)

···

Le 08/05/2020 à 18:47, Bernard Meylan a écrit :

Bonjour à tout le monde!

J'aimerais savoir, de la part de ceux qui ont déjà utilisé LilyPond pour
leurs partitions de chant grégorien, comment ils ont résolu le problème de
la lettre initiale, c-à-d la lettrine -dont la fonte est toujours plus
grosse- qui débute chaque pièce… Je tente le coup avec instrumentName =
\markup mais c'est un peu la galère, surtout lorsqu'on veut que cette
lettrine soit parfaitement alignée sur la ligne du texte des paroles.

-----
Cordialement

Bernard
--
Sent from: [http://lilypond-french-users.1298960.n2.nabble.com/](http://lilypond-french-users.1298960.n2.nabble.com/)

  * pour le code de compilation : https://gregorio-project.github.io/

Moui, c’est un peu comme utiliser une fourchette pour manger sa soupe…
Ça finit par marcher, mais ça demande un peu de temps.

Surtout pour un outil qui, au final, utilise les glyphes de LilyPond
(mais avec une notion un brin plus rustique de l’espacement et de la
mise en page). M’enfin, c’est le charme du logiciel Libre, chacun peut
réinventer la roue comme il préfère.

Pour revenir à l’exemple que je donnais précédemment, grand couillon
que je suis, j’avais oublié que c’est précisément à cela que sert la
propriété vocalName :

%%%

\include "gregorian.ly"

\score {
  <<
    \new VaticanaVoice {
      \clef "vaticana-do3"
      a\melisma \[ a \flexa g \pes a\melismaEnd \] d
      \divisioMinima
      \[ a\melisma \flexa g\melismaEnd \]
      \[ f\melisma \flexa e f \pes g \flexa f\melismaEnd \]
      \[ e\melisma \flexa d\melismaEnd \]
      \divisioMaior
      c d \[d\melisma \flexa c\melismaEnd \] d
      \[ e\melisma \pes f\melismaEnd\] g
      \[d\melisma \pes e \flexa c\melismaEnd \] d
      \finalis
    }
    \addlyrics {
      \set vocalName = S
      al- ve, Re- gí- na, ma- ter mi- se- ri- cór- di- ae:
    }
  >>
}

\layout {
  \context {
    \VaticanaStaff
    \consists "Custos_engraver"
    \override Clef.X-extent = #'(0 . -.1)
  }
  \context {
    \Lyrics
    \override InstrumentName.font-size = #10
  }
}

%%%

V.

···

On 5/14/20, Bernard Barbier <****@****> wrote:

Il ne me semble pas que Gregorio utilise les glyphes de LilyPond : il est basé sur la fonte Caeciliae.

Quant à la facilité d’utilisation et à la qualité du résultat pour le grégorien, il me semble plus adapté que LilyPond (ce qui n’est absolument pas une critique de mon point de vue, LilyPond n’étant tout simplement pas spécialisé dans ce style de notation). Avec une distribution de LuaLaTeX suffisamment récente, on peut combiner à peu de frais le meilleur des deux mondes afin d’obtenir ce genre de document.

···

Le ven. 15 mai 2020 à 10:12, Valentin Villenave <****@****> a écrit :

On 5/14/20, Bernard Barbier <****@****> wrote:

Moui, c’est un peu comme utiliser une fourchette pour manger sa soupe…
Ça finit par marcher, mais ça demande un peu de temps.

Surtout pour un outil qui, au final, utilise les glyphes de LilyPond
(mais avec une notion un brin plus rustique de l’espacement et de la
mise en page). M’enfin, c’est le charme du logiciel Libre, chacun peut
réinventer la roue comme il préfère.

Il ne me semble pas que Gregorio utilise les glyphes de LilyPond : il est
basé sur la fonte Caeciliae <https://marello.org/caeciliae/&gt;\.

Historiquement, si je comprends bien, ils ont commencé par essayer de
développer leur propre fonte ; à partir de 2007 ils ont utilisé
Parmesan (la fonte de LilyPond, qu’ils ont rebaptisée Granapadano), et
à partir de 2016 ils ont commencé à utiliser Caeciliae (rebaptisée
Greciliae). Sachant que le contributeur principal de Gregorio ces
dernières années (Samuel Springuel) semble être lui-même revenu à
LilyPond depuis quelque temps.

Quant à la facilité d’utilisation et à la qualité du résultat *pour le
grégorien*, il me semble plus adapté que LilyPond (ce qui n’est absolument
pas une critique de mon point de vue, LilyPond n’étant tout simplement pas
spécialisé dans ce style de notation).

Jürgen Reuter et quelques autres seraient certainement en désaccord
avec cette dernière assertion. Il est cependant non moins certain
qu’ils auraient préféré que les ressources et le talent ayant présidé
à Gregorio aient plutôt pu être consacrés à améliorer la notation de
LilyPond. (Mais, comme je disais, tel est le monde du logiciel Libre.)

En termes de qualité du résultat, Gregorio n’apporte pas grand chose
(à part peut-être en matière d’espacement) ; en termes de facilité
d’utilisation, Gregorio revient tout simplement vingt-cinq ans en
arrière… puisque la raison d’être même de LilyPond était de pouvoir
fonctionner tout seul (contrairement à MusicTeX) et d’avoir une
syntaxe complète et extensible (contrairement à ABC).

Maintenant, LilyPond n’est pas irréprochable ; un bug ennuyeux (#4087)
a gravement affecté la notation grégorienne pendant quelques mois en
2014, ce qui n’aurait pas été grave en soi mais, couplé avec le bug
majeur empêchant la parution d’une nouvelle version stable pendant
plusieurs années, cela a conduit des centaines de musiciens à se
tourner plutôt vers Gregorio. Le développement de ce dernier ayant
beaucoup ralenti (et même quasiment cessé depuis un an ou deux), on
verra si cette tendance se confirme à l’avenir.

V.

···

On 5/15/20, Jacques Peron <****@****> wrote:

En termes de qualité du résultat, Gregorio n’apporte pas grand chose
(à part peut-être en matière d’espacement) ; en termes de facilité
d’utilisation, Gregorio revient tout simplement vingt-cinq ans en
arrière… puisque la raison d’être même de LilyPond était de pouvoir
fonctionner tout seul (contrairement à MusicTeX) et d’avoir une
syntaxe complète et extensible (contrairement à ABC).

C’est notamment ici, me semble-t-il, qu’une qualité pour la notation classique de la musique devient plutôt un défaut pour le grégorien :
autant les partitions classiques sont souvent “indépendantes”, autant les partitions grégoriennes sont plus généralement intégrées à des ouvrages
d’ensemble. Du coup, la dépendance de Gregorio à l’égard de LaTeX me semble plutôt un point positif. La difficulté d’intégrer le code LilyPond à
LaTeX, par exemple pour les carnets de chants ou les cours de musique, a obligé à développer des outils tels que lilypond-book ou lyluatex.

De même, la syntaxe relativement moins élaborée de Gregorio n’est pas un problème pour le grégorien, celui-ci ayant de toute manière une
notation moins complexe que la notation classique.

Encore une fois, tout ceci n’est absolument pas une critique de ma part à l’égard de LilyPond ; il me semble simplement que, dans des ouvrages
de quelque importance incluant des partitions en notation classique et en notation grégorienne, l’idéal est le fonctionnement “à la Unix” : un outil
pour chaque chose, qui la fait le mieux possible (ici Lilypond pour la notation classique, Gregorio pour le grégorien et LaTeX pour le texte et la
mise en page). Il me semble d’ailleurs (je ne voudrais pas m’avancer outre mesure) que c’est ainsi que fonctionne le Père Springuel, précédemment
cité.